lundi 20 février 2017

Matchbox 1/32ième - Les références

15 février 2017: ça y est ! J'ai la collection complète, les 14 modèles édités dans cette gamme !
Matchbox, c'est un peu comme une madeleine de Proust.
C'est une marque de maquettes qui fut à son apogée dans les années 70-80, possédant un catalogue touchant à tous les domaines, à toutes les échelles.
Dans ma quête des boîtes Heller et Kit Solido au 1/43ième, je vois passer moult boîtes qui m'interpellent, des illustrations plus alléchantes les unes que les autres, qui ne font rêver que les quadragénaires nostalgiques comme moi :oD

Matchbox a édité une série de voitures au 1/32ième. La collection est disparate, pas de cohérence dans le choix des modèles, il y a des véhicules civils des années 30, des voitures de courses, etc... Le nombre de maquettes éditées par la marque est relativement faible (14). La marque ayant disparu, ce chiffre est définitivement figé !
L'intérêt de cette échelle du 1/32ième est sa compatibilité avec les figurines 54mm, et tout le matériel existant au 1/35ième.
Enfin, je réalise - c'est un signe - que j'ai déjà monté la MG TC Sports réf.PK-306 il y a quelques années !

Une page Internet partage une liste complète des références éditées par la marque: the unofficial reference to vintage Matchbox kits .
Dans la collection H&C dédiée aux marques de maquettes, JC Carbonel a écrit un livre sur les maquettes Matchbox, dans lequel quelques références automobiles sont citées.

Dès 1972, les kits originaux de voiture apparaissent dans la gamme "Matchbox square". Je me suis rendu compte qu'il pouvait y avoir de légères différences, pour une même maquette, suivant la provenance. Je n'ai pas plus d'information sur le sujet, pour le moment. Exemple avec la référence PK-301 "1934 Aston Martin Ulster":


En 1982, Matchbox change de logo; la gamme Auto change de nom - pour "Matchbox Classique" - et d'habillage de boîte (bandeau noir sur la boîte, disparition de la fenêtre transparente au verso de la boîte qui permettait d'apercevoir le contenu, mais qui était en même temps un point fragile par lequel on pouvait perdre des pièces détachées).
Par contre, Matchbox a conservé les mêmes références pour les deux types de boitage.

Remarque: je ne liste pas ici, des rééditions d'anciennes références AMT de remorques ou camions au 1/32ième.

Liste exhaustive ci-dessous:
Réf. Modèle 1ière édition Box art Réalisation
PK-301 1934 Aston Martin Ulster 1972
PK-302 Bugatti Type 59 1972
PK-303 Porsche 917-10 1974
PK-304 1935 Jaguar SS-100 1975
PK-305 Surtees TS16/03 1975
PK-306 MG TC Sports 1978
Garage "Les rois de la visse"
PK-307 Mercedes Benz SSKL 1978
PK-308 Porsche 935 "Martini" 1979
PK-309 Tyrell P34/2 1979
PK-310 Citroen 11 Legere Faux Cabriolet 1938 1980
PK-311 Porsche 935 "Liqui Molly" 1980
PK-312 Auto Union Type D 1983
PK-451 1928 Packard Victoria 1981
PK-452 Rolls Royce Phantom Mk 1 1982

dimanche 29 janvier 2017

Naissance de l'héraldique - [5]

Le socle se garnit de boucliers.

15/ Mise en scène.
J'ai peint sans prendre de photos.
J'ai repris pleins de petits détails sur les boucliers. Une fois sur le scole, je vais de nouveau repasser dessus, pour accentuer les effets de lumière, d'ombre, par rapport à leur situation sur le décor.
J'ai aussi repris des dégradés et des contrastes sur la tunique verdâtre-beigeâtre. Peut-être pas trop visible avec mes photos pourrâtres.

Et j'ai tout collé sur le socle !
Prochaine étape, finition des couleurs. Puis je re-vernis le socle une dernière fois. Puis je colle un titre... puis c'est fini !

mercredi 25 janvier 2017

Naissance de l'héraldique - [4]

Figurine collée sur le socle.

12/ Fignolages sur le personnage.
Profitant d'un court moment de peinture, j'ai repris l'ensemble de la figurine. C'est peu visible sur mes photos hors norme :D . La voilà prête à retrouver sa place sur le socle.


13/ Boucliers.

Au tour des boucliers d'être peints. Afin de gagner du temps, les boucliers ont été sous-couché en marron sur la face externe, et en noir sur la face interne (qui au final sera invisible). A l'huile, je commence par le bois.
Une fois cette couche bien sèche, je poursuis avec le métal, pour lequel j'utilise différentes peintures métalliques à l'huile.
Première étape des boucliers finie.


14/ Figurine et socle.
Je peux enfin coller la figurine sur le socle. Les essais à blanc effectués en tout début de montage, le tenon correctement positionné, l'empreinte des pieds du tabouret font qu'au moment de la fixation définitive, tout se passe à merveille. La figurine est fixée à l'araldite.

mardi 17 janvier 2017

[Tutti tuto Pâte] Petit Houblon Marius

Cette petite transformation, réalisée il y a quelques années, est une nouvelle version d'un personnage récurrent, Petit Marius.
La référence initiale est une figurine 54mm historique, je la transforme en un petit lutin fantaisiste et fantasque !
La figurine est disponible dans le catalogue Andréa, réf. S4A02, dans la gamme « Pièces détachées » (elle faisait initialement partie d’une boîte « Western », le petit bonhomme accompagnait un shérif).

1/ Inspiration.
Tout d’abord, l’illustration inspiratrice « Le P'Tit Houblon » de Pascal Moguérou.
Le croquis que j’ai fait à l’échelle de la figurine, avec le socle que je vais utiliser (un élément en bois d’un jeu pour enfant).
Et la figurine de départ, qui va me servir de base à la transformation.


2/ Modification: les volumes.

La figurine en cours de modification. J’ai pas mal gratté et supprimé de la matière d’un côté (notament les jambes), pour en ajouter de l’autre (milliput blanc sur le ventre et les fesses, le fût du chapeau). Bien sûr, à ce stade, rien n’était fini !


3/ Modification: les détails.
La pâte employée est uniquement du milliput. Je préfère le vert, que je trouve moins collant, plus facile à poser, plus simple à mettre en forme (bandelettes, boulettes, tartelettes etc.). La finesse me parait être équivalente à la blanche. En tout cas, après ponçage, c’est lisse !
Le chapeau: j'ai fait une empreinte du chapeau avec une capsule de bouteille de bière, sur une feuille de milliput. C'était le bon diamètre, et j'obtiens ainsi ce bord dentelé.
Le décor : j’ai récupéré un bout de bois qui me convenait, découpé à la longueur souhaitée. Je pense y ajouter deux champignons, en milliput (photo à venir, dès que j'ai le temps de poser l'apn).
Avant d’apprêter la figurine, je la dégraisse avec une vieille brosse à dent, du savon et de l’eau chaude (en faisant attention de ne rien abîmer).


4/ Figurine et décor...
Je pensais avoir bien calculé mon coup, j'ai fait une erreur, pour sûr ! Ma saynète n'est pas équilibrée, le socle tombe en avant. Je vais devoir lester ledit socle...
La figurine est posée sur le tronc pour la photo. Pour sa mise en couleur, j'utiliserai son socle de travail, plus facile à manipuler et à tourner dans tous les sens.
Le morceau de bois est collé à l'araldite au socle (avec un tenon à l'intérieur pour renforcer la fixation).
Les deux champignons sont en milliput. Mis en forme autour d'une tige métallique, cette tige sert de tenon pour les fixer dans le morceau de bois.
J'ai entouré de film plastique le socle pour ne pas trop marquer le vernis de trace de doigts...


5/ Sous-couche blanche.
La sous-couche blanche est passée à la bombe blanc mat de la marque Citadel. J'effectue plusieurs fins passages, afin de ne pas empater la sculpture. Si la sous-couche me semble trop granuleuse, je passe un coup de brosse à dents, ou un coup de papier de verre très fin.


6/ L’anti-bascule du socle.
Côté socle, j’ai décidé finalement de mettre une plaque transparente allongée sous la base en bois, pour éviter la bascule en avant… le contrepoids étant trop léger, la moindre vibration, choc sur la table peut faire tomber la figurine… pas cool. La plaque plastique (percée pour laisser le passage de la visse de fixation pour le transport) est collée à l’araldite, puis j’ai posé la feutrine noire autocollante.


7/ Peinture.
Avant de prendre les couleurs à l’huile, j’ai voulu faire un test acrylique sur le chapeau. Je pense venir enrichir cette base avec des jus et des brossages à l’huile.



8/ Oil power !
J’ai commencé par la teinte chair. Je la voulais claire et rosée, lumineuse sur le bas du visage, et la partie haute dans l’ombre du chapeau (mais visible).
Le petit trou dans la bouche va recevoir la tige d’une brindille, une fois la figurine finie.
Je n’ai pas cherché d’extravagance dans mon mélange, je pars sur une base Brun de Mars + Blanc, que j’enrichie de rouge, de violet suivant la zone peinte (les joues, les lèvres, les mains). Pour les ombres, outre du violet, j’ajoute aussi du Sepia chaud.
Sur la 2ième photo, la palette explicative.









9/ Huile ! (suite)
J’ai détaillé de nouveau le visage, en affinant les yeux et la bouche. Je n'ai pas encore déposé la goutte de vernis brillant qui va donner vie au regard.
La peinture de la chemise rouge est faite en deux étapes. Une première où je peins l’ensemble avec les ombres, les lumières fondues à la couleur de base. Puis une fois cette première couche sèche, je dessine les détails en reprenant les ombres et lumières « extrêmes », comme le col de la chemise, les plis les plus prononcés…
J’en profite pour simuler des salissures et usures sur les zones exposées (coudes, épaules, certains plis), en ajoutant un peu d’ocre jaune au mélange rosé des éclaircies.
J’ai rencontré quelques soucis avec la culotte. Ma sous-couche au pinceau n’a pas la même texture que la sous-couche à la bombe, ma peinture à l’huile n’accrochait pas beaucoup. Cela se voit sur les photos, on voit les coups de pinceaux, et il était difficile de faire de jolis dégradés. Cette mise en couleur une fois sèche va me servir de sous-couche colorée, je vais tout reprendre dans un deuxième temps.
Les boutons seront en laiton usé.
Enfin, une photo de la palette qui s'agrandit.



10/ Huile ! (suite ter)
La culotte est maintenant finie, comme dit précédemment, j’ai tout repeint sur ma première couche colorée ratée.
Le chapeau est lui aussi repeint, j’ai encore l’épi à faire.
J'ai profité des pinceaux sortis pour affiner un peu les bretelles, certains plis de la chemise, les parties métalliques, les chaussures...



11/ Petit Houblon Marius fini.
Je l’ai enfin terminé !
Le tronc d’arbre a reçu plusieurs lavis et brossages pour le colorer, les champignons ont été peints dans des tons sobres (premières couches à l’acrylique, finition à l’huile).
La vue d’ensemble, qui permet de voir la plaque transparente qui sert de pied au décor.